La laideur du socialisme - 1ère partie

J’ai rendu compte ici du dernier livre de Philippe Nemo, Esthétique de la liberté. Un des chapitres de l’ouvrage mérite qu’on s’y attarde un peu plus longuement.

Dans sa deuxième partie, intitulée « Laideur de la servitude », Nemo n’a pas de mal à montrer l’horreur des totalitarismes, à la suite de penseurs tels qu’Orwell, Arendt ou Hayek. Puis, et c’est là que je veux en venir, l’auteur poursuit son propos sur la « laideur des socialismes ». Il ne s’agit pas du socialisme au pouvoir à La Havane ou La Paz, mais de celui qui sévit tous les jours, chez nous, en France.

Il exagère, pensera immédiatement le commun des mortels. Certes le totalitarisme est une horreur, mais mettre le socialisme modéré, la social-démocratie dans le même sac, c’est osé, pour ne pas dire indécent.

Détrompez-vous, braves gens. Philippe Nemo a parfaitement saisi que ces politiques présentées « comme humanistes peuvent être analysées, au contraire, comme des agressions caractérisées contre la nature humaine et donc comme des facteurs d’enlaidissement de l’être humain ».

Philippe Nemo aborde la question sous l’angle de la fiscalité. Cela peut sembler, de prime abord, étrange. Mais la fiscalité ne touche-t-elle pas directement à la propriété et à la liberté des individus ?

Pour commencer, l’auteur rappelle que « l’impôt est la contribution des citoyens aux dépenses publiques », et que son recouvrement est « opéré par les moyens de coercition confiés à l’État ». Dans une société de droit, « la coercition publique ne peut être exercée qu’au service de l’intérêt général ». Or, il y diverses conceptions de l’intérêt général, et celles-ci ne sont pas toutes légitimes.

Selon Nemo, « il est d’intérêt général d’assurer l’ordre public qui permet une vie sociale normale et une coopération économique pacifique et efficiente entre les citoyens ». Par là, il vise essentiellement les fonction régaliennes de police, justice, défense, diplomatie et l’appareil administratif central.

Il est toujours d’intérêt général de « financer les biens et services collectifs qui sont utiles à tous, mais ne peuvent être fournis adéquatement par le marché ». Nemo pense ici aux infrastructures de communication et de transport, à la conservation du patrimoine, à la recherche scientifique fondamentale, à l’éducation générale de base, à certains services de santé, etc. Il reconnaît que l’on « peut discuter du périmètre souhaitable de ces biens et services pris en charge par la collectivité ». Surtout, il admet que le contour de ces biens et services doit varier dans le temps, en particulier avec l’évolution des techniques. Par exemple, « quand la publicité, ou les technologies de câblage ou de cryptage, permettent à des télévisions ou à des radios de fonctionner avec l’argent de leurs clients, l’intervention de l’État ne se justifie plus, moins encore son monopole ».

Pour financer ces biens et services, dont chacun use différemment, il est juste, dit Nemo, que les impôts soient proportionnels. Car « celui qui consomme plus de services collectifs ou de biens marchands a une dette plus élevée à l’égard des collectivités publiques, et il est juste qu’il paie proportionnellement plus d’impôts. Tel est le principe des impôts indirects comme la TVA, qui sont proportionnels par définition, ou de l’impôt proportionnel sur le revenu (« flat tax ») ».

Mais, il existe une troisième conception de l’intérêt général qui entraîne d’autres impôts. C’est ainsi qu’il serait d’intérêt général de réduire les inégalités sociales par la redistribution des richesses. « Les tenants de cette conception, précise Philippe Nemo, demandent donc à l’État de prélever des impôts sur certains contribuables, non en échange d’une prestation quelconque qu’il leur fournirait, mais pour le seul motif qu’étant plus riches que d’autres, ils doivent être appauvris, cependant que d’autres citoyens doivent être enrichis par l’argent prélevé. Les impôts destinés à assurer cette ‘redistribution’ prennent, techniquement, la forme des impôts progressifs, ou des impôts sur le capital, sur le patrimoine ou sur les héritages ». Il est clair que de tels impôts sont contraires « aux règles de la justice ordinaire qui veut, précisément, que rien ne soit pris, ou donné, à quelqu’un, sans qu’il lui soit donné, ou demandé, quelque chose en échange ».

Derrière cette conception erronée de l’intérêt général et de l’impôt progressif, on retrouve l’idée, fausse elle aussi, « que l’argent des riches a été pris aux pauvres, comme si l’économie était un jeu à somme nulle ».

Ensuite, Philippe Nemo indique combien la spoliation des riches est une erreur économique, mais surtout une faute morale. En effet, dans toutes les langues et dans toutes les traditions morales, prendre de l’argent aux contribuables sans contrepartie, c’est du vol. Par ailleurs, « donner quelque chose à quelqu’un sans contrepartie à titre habituel revient à lui déclarer qu’il est définitivement incapable de gagner lui-même sa vie ; qu’il n’a donc en lui qu’une partie des potentialités de la nature humaine et qu’il est, par nature, un être inférieur. Les socialistes, de fait, parlent sans cesse des ‘pauvres’ comme s’il s’agissait d’une catégorie à part, d’hommes incapables, par essence, de vivre de leur libre travail. On ne voit pas très bien la différence de fond qu’il y a entre cette conception et le racisme ou l’esclavagisme ».

Je me permettrai d’ajouter que les diatribes continuelles des socialistes français à l’encontre des riches relèvent aussi, à mon sens, du « racisme ». Le « je n’aime pas les riches, j’en conviens », prononcé par François Hollande le 8 juin 2006, est inacceptable. Remplacez « riches » par n’importe quel autre mot (pauvres, femmes, homosexuels, vieux, gros, ouvriers, noirs, handicapés, jardiniers…) et vous rendrez compte du caractère éminemment raciste de cette phrase, qui pourtant fût applaudie.

« Agression contre les riches d’un côté, enfermement des pauvres dans un statut d’êtres humains inférieurs, voilà donc ce qu’accomplit potentiellement toute fiscalité d’inspiration socialiste », écrit Phillipe Nemo.

À suivre...

[1] : Philippe Nemo, Esthétique de la liberté, PUF, 2014, 200 pages.

À l'affiche
Posts récents
Par tags
Me suivre
  • Google+ Long Shadow
  • Facebook Long Shadow
  • LinkedIn Long Shadow
  • Twitter Long Shadow

Me contacter

 

  • LinkedIn Long Shadow

© 2023 par Jean Petit . Créé avec Wix.com