Le Vélo contre L’Auto, ou l’histoire d’un entrepreneur

Il ne s’agira pas ici de la querelle qui oppose les automobilistes parisiens et les partisans du Vélib’, les uns accusant les autres, non sans raison parfois, de tous les maux et vice versa.

Je veux plutôt vous entretenir, alors que le Tour de France a achevé le 27 juillet sa 101ème édition, de l’affrontement, au début du siècle, du journal Le Vélo à son confrère L’Auto.

Au commencement était Le Vélo, quotidien fondé en 1891 par Pierre Giffard et consacré à la petite reine. En 1896, Le Vélo s’ouvre à tous les sports et crée de nombreuses manifestations sportives : courses à pied, jusqu’au marathon, et courses automobiles. Le quotidien ne se désintéresse pas du vélo pour autant et crée également des épreuves cyclistes : Paris-Brest-Paris dès 1891, puis Paris-Roubaix et Bordeaux-Paris, parmi les plus célèbres.

En 1897, une nouvelle rubrique apparaît, « Le Carnet du jour » consacrée à des sujets de politique générale. C’est alors, qu’en 1898, à la suite de la célèbre tribune d’Émile Zola dans L’Aurore – « J’accuse… ! » - Le Vélo soutient le capitaine Dreyfus.

Cela n’est pas du goût des annonceurs. Et l’est de moins en moins au fur et à mesure que l’affaire s’envenime et rebondit (suicide du colonel Henry, cassation du procès, manifestation royaliste, procès en révision), et que Le Vélo prend de plus en plus partie, faisant passer les nouvelles sportives au second plan.

C’est alors que le principal annonceur du quotidien – le comte de Dion-Bouton – convainc quelques industriels comme lui liés à l’automobile – tels Michelin ou Clément – et comme lui dreyfusards, de lancer un nouveau journal qui viendra concurrencer directement Le Vélo. Le 16 octobre 1900 paraît le premier numéro de L’Auto-Vélo.

Les deux quotidiens se livrent alors une guerre sans merci. L’un et l’autre débauchent des journalistes et créent de nouvelles manifestations sportives.

En 1902, Le Vélo intente un procès à L’Auto-Vélo pour le priver d’utiliser le mot « vélo ». L’humoriste Alphonse Allais, plume de L’Auto-Vélo, s’en amuse : dans sa chronique du 8 novembre 1902, il invente l’histoire d’un restaurateur venant de recevoir, de la main d’un huissier une « injonction de n’avoir plus à servir chez lui la moindre cervelle au beurre noir, ou, tout au moins, défense de mentionner ce mets sur la carte de son menu, le terme cervelle au beurre noir contenant les deux syllabes velle au ».

Quoi qu’il en soit, Le Vélo gagne son procès et L’Auto-Vélo est contraint de se débaptiser. Le 16 janvier 1903, il devient L’Auto. Mais Le Vélo reste toujours en tête des ventes. Henri Desgrange, directeur de L’Auto, cherche alors l’idée qui pourrait terrasser son adversaire. C’est Géo Lefèvre, un de ses journalistes, qui la lui donne : « Pourquoi pas un Tour de France cycliste. Une course de plusieurs jours, plus longue et plus dure que toutes celles qui existent déjà. Quelque chose comme les Six-Jours mais sur la route ». Et le 1er juillet 1903, 60 coureurs prennent le départ du premier Tour de France.

Le Vélo ne se remettra pas de ce coup fameux et disparaît en novembre 1904.

Force est de constater qu’Henri Desgrange s’est comporté en véritable entrepreneur puis qu’il l’a emporté sur son concurrent en innovant. S’il avait voulu réitérer la chose aujourd’hui, et organiser le Tour de France, il aurait probablement eu les plus grandes peines du monde pour arriver à ses fins.

Comme l’affirme l’Ufolep dans un dossier, « organiser un événement sportif s’apparente de plus en plus à un parcours du combattant tant les contraintes sont nombreuses et complexes… Juridiques, administratives, financières ou sécuritaires […] ». La fédération sportive donne des exemples : « […] un champ de blé situé à proximité du terrain utilisé peut inciter les pompiers à interdire une manifestation afin d’éliminer tout risque d’incendie ». Ou bien ce sont les collectivités locales qui exigent des organisateurs désirant vendre quelques merguez l’utilisation de barbecues électriques et non plus à gaz. Pour une épreuve cycliste sur route, il faut placer des bénévoles à chaque carrefour ou rond-point. Des bénévoles qui doivent avoir le permis de conduire, alors qu’il n’y en a pas besoin pour circuler à Vélib’ dans Paris !

Le Tour de France est aujourd’hui une institution et il connaît un tel succès qu’il n’est pas envisageable de le voir disparaitre. Et le groupe Amaury, son propriétaire, par ailleurs détenteur de L’Équipe (qui prit la suite de L’Auto, interdit en 1944 pour avoir été trop favorable à l’occupant allemand), est un professionnel des manifestations sportives. Il a un savoir-faire indéniable et les capacités et les compétences pour s’adapter aux nouvelles normes.

Tout cela illustre bien un des maux actuels de la France : les réglementations et toutes les barrières mises à l’entrée d’un marché empêchent l’innovation et donc la création d’emplois.

Regardons l’actualité : les taxis ne sont-ils pas Le Vélo d’aujourd’hui, et les créateurs de sociétés de VTC (voiture de tourisme avec chauffeur) autant d’Henri Desgrange qu’on empêche d’innover ?

À l'affiche
Posts récents
Par tags
Me suivre
  • Google+ Long Shadow
  • Facebook Long Shadow
  • LinkedIn Long Shadow
  • Twitter Long Shadow

Me contacter

 

  • LinkedIn Long Shadow

© 2023 par Jean Petit . Créé avec Wix.com